FNAUT - La voix des usagers

Nos actualités

Les usagers à nouveau pénalisés par les mouvements sociaux

25 Juin 2021

Les usagers à nouveau pénalisés par les mouvements sociaux : la FNAUT redemande l’instauration d’un service minimum dans les transports

Les nouvelles grèves déclenchées par les syndicats de la SNCF perturbent tous les voyageurs utilisant le train : le 21 juin, les candidats, déjà stressés, au grand oral du bac ; les 3 et 4 juillet tous les voyageurs souhaitant utiliser le train pour partir en vacances. Ces grèves vont à l’encontre des efforts de la SNCF et des Régions pour ramener les usagers vers le rail.

La FNAUT rappelle que le transport est un service de première nécessité, indispensable à tous, surtout aux plus modestes, pour accéder aux études, à l’emploi, aux services, aux commerces, aux loisirs.

Quelles qu’en soient la motivation et les modalités, les grèves pénalisent lourdement les usagers actuels et décrédibilisent le transport public aux yeux des usagers potentiels et des responsables politiques qui le financent : les voyageurs ont besoin de fiabilité pour retrouver le transport public.

Or les transports publics connaissent aujourd’hui une grave crise financière : baisse du versement mobilité des entreprises (- 5,8 % en Ile-de-France et – 4,5 % en province selon le GART et l’UTP) et énormes pertes de recettes suite à la crise sanitaire (- 36 % en Ile de France, – 38 % pour le TER).

Les grèves coûtent cher à la SNCF et aux Régions, privées ensuite de moyens pour investir et renforcer l’offre.

 

Pour un service minimum négocié

Le « service prévisible » introduit par la loi du 21 août 2007 ne garantit pas la continuité du service public de transport. Seule l’instauration d’un « service minimum » peut permettre de faire respecter le « droit au transport » reconnu par la loi au même titre que le droit de grève.

Un vrai service minimum a été introduit dans diverses professions : énergie nucléaire, radio et télévision, contrôle aérien, soins urgents dans les hôpitaux.

La FNAUT respecte scrupuleusement le droit de grève dans le transport public, mais elle demande un traitement à parité du droit au transport et du droit de grève.

 

Contacts presse :

– Bruno Gazeau, président de la FNAUT
– Jean Lenoir, vice-président
– Jean Sivardière, membre du bureau

 

Rappel : communiqué du 11 décembre 2019