FNAUT - La voix des usagers

Nos actualités

Relèvement du barème de l’indemnité kilométrique : une mesure contraire à la lutte contre le changement climatique

31 Jan 2022

Le relèvement du barème de l’indemnité kilométrique de 10 %, décidé par le Premier ministre, est contraire aux initiatives prises pour lutter contre le réchauffement climatique. Elle va conforter le trafic automobile et ses coûts pour la collectivité.

 

Une priorité : réduire la dépendance automobile

Pour se dégager de la dépendance automobile, il faut investir dans le transport collectif urbain (tramway, RER métropolitain), rénover les petites lignes en garantissant des fréquences élevées, à commencer par celles qui desservent les zones périurbaines ou rurales et les lignes transfrontalières, desservir le territoire par autocar quand le rail est absent et faciliter l’usage du vélo.

Le récent rapport Duron a suggéré des financements possibles à partir des recettes de la route : écotaxe poids lourds, recettes de stationnement, produit du péage urbain.
Cette politique offrirait aux automobilistes des alternatives en cas de forte hausse du prix du pétrole. Pour ceux qui n’ont d’autres choix que l’usage de la voiture, le forfait mobilité doit pouvoir être adapté.

Le nouveau barème surestime largement le coût d’usage de la voiture

Le coût moyen d’usage de la voiture est d’environ 35 centimes/km parcouru. L’application du barème précédent (pour une voiture de 6 CV et une distance domicile-travail de 25 km) surestimait déjà ce coût d’au moins 25 %. Le nouveau barème renforcera l’avantage fiscal dont profiteront 2,5 millions de ménages – il en coûtera 400 M € à l’Etat – et favorisera l’usage de la voiture par ceux qui paient l’impôt sur le revenu.

La FNAUT dénonce la proposition du MEDEF de remplacer le versement mobilité par un chèque essence de 300 € : cette proposition condamnerait le transport public dans les zones urbaines desservant 73% de la population française, financé à 45 % par le versement mobilité, et engendrerait une congestion supplémentaire des voiries.

 

La FNAUT demande donc à l’État d’accélérer le financement du transport public sous toutes ses formes, et non de le réduire. L’aménagement du territoire a pris en France un retard considérable, il faut suivre l’exemple des pays voisins, en particulier celui de l’Allemagne. Le forfait mobilité, aujourd’hui facultatif, doit devenir obligatoire et avoir un équivalent pour les non-salariés.

 

Contacts presse :

  • Bruno Gazeau, président de la FNAUT, tél. 06 76 73 31 09
  • Michel Quidort, président de la FEV, tél. 06 12 22 35 54
  • Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT, tél. 06 19 09 78 89
  • Jean Sivardière, membre du bureau de la FNAUT, tél. 04 76 75 23 31