FNAUT - La voix des usagers

Nos actualités

La liaison Lyon-Turin : un dossier stratégique

26 Mar 2018

La FNAUT Auvergne-Rhône-Alpes et Jean Sivardière, vice-président de la FNAUT, ont tenu une conférence de presse sur les avantages du projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin.

 

1 – Un double objectif : écologique et européen

Le Lyon-Turin concerne un corridor international (trafics NS et EO, voyageurs et surtout fret). Il s’agit :

– de reporter sur le rail un million de camions par an et d’importants trafics automobiles et aériens ;

–  de rééquilibrer l’économie européenne au bénéfice de l’Europe du sud (cf le tunnel sous la Manche).

 

2 – Une entreprise rationnelle

– La ligne historique ne manque pas de capacité mais de performance, ses coûts d’exploitation sont prohibitifs. La route dispose au contraire d’infrastructures performantes : le rail n’est plus compétitif.

 

3 – Un engagement irréversible

– En cas d’abandon du projet, le gouvernement devrait expliquer pourquoi la France renonce au tunnel de base alors que les Suisses et des Autrichiens continuent à en construire.

 

4 – Les mesures à prendre aujourd’hui pour assurer le succès du Lyon-Turin

            1 – Sécuriser le financement de l’ouvrage

                        Le lancement du Lyon-Turin doit être le déclencheur d’une redevance routière.

            2 – Fixer rapidement le tracé de l’accès au tunnel de base (Chambéry-nord ou Chartreuse ?)

                        Il faut actualiser les études (les Italiens ont déjà prévu leur accès et son financement).

            3 – Amorcer le report du fret routier sur le rail en prolongeant l’AFA jusqu’à l’Est de Lyon.

 

Quelques réponses aux arguments des opposants au Lyon-Turin

 

1 – Le coût global du Lyon-Turin : les estimations des opposants sont fantaisistes.

2 – Le trafic potentiel : ce qui compte, ce ne sont pas les prévisions de trafic effectuées il y a 20 ou 30 ans, mais le trafic actuel (2,8 millions de camions/an) et sa progression récente (+ 10 % depuis 2014).

Les Suisses ont percé deux tunnels pour absorber un flux routier de 1,2 million de camions seulement.

3 – L’impact sur le réseau classique : la ligne d’accès déchargera la ligne TER Lyon-Chambéry/Grenoble.

Si le réseau classique s’est dégradé, c’est parce qu’on a trop dépensé pour les routes, pas pour les LGV.

4 – Pas d’alternative réaliste : les propositions des opposants sont fantaisistes ou incantatoires.

Le Lyon-Turin est la seule réponse possible à la pollution des vallées alpines.

 

Le rapport Duron (COI) : une accumulation de préconisations irresponsables

 

– La Commission d’orientation des infrastructures (COI) préconise de reporter à 2050 la construction de la ligne d’accès au tunnel de base (ouverture prévue en 2030) et à 2038 celle du CFAL, et d’investir inutilement sur les lignes existantes. C’est un non-sens économique : la croissance du trafic a été quasi-immédiate après les ouvertures des tunnels du Lötschberg (le trafic a triplé en 4 ans) puis du Gothard.

– Les accès au tunnel de base doivent être disponibles dès 2030 afin d’en éviter la sous-utilisation.

Un contre-exemple est donné par la LGV Perpignan-Barcelone et la faillite du concessionnaire TP Ferro.

 

Dossier de presse

Contact presse