FNAUT - La voix des usagers

Nos actualités

Gare TGV de Vandières : lettre ouverte aux conseillers régionaux

11 Mai 2015

Le projet de gare Lorraine-TGV de Vandières étant bloqué par le président du Conseil régional de Lorraine, M. Jean-Pierre Masseret (PS), la FNAUT s’est adressée directement, le 7 mai dernier, aux membres de la majorité régionale (PS, PC, EELV), pour leur demander d’exiger un vote du Conseil régional.

Des erreurs répétées

 L’expérience a montré que les gares TGV implantées sur les lignes à grande vitesse sans connexion avec les transports régionaux, départementaux ou locaux (TGV Haute-Picardie, Le Creusot, Mâcon, Aix-TGV…) répondent très mal aux besoins des voyageurs.

C’est le cas, en particulier, de la gare provisoire de Louvigny, perdue au milieu des champs, qui n’est accessible qu’en voiture, ou par des navettes routières mais seulement depuis Nancy et Metz.

La FNAUT a toujours dénoncé ces erreurs de positionnement, qui doivent être corrigées comme cela a été fait récemment en Avignon et est aujourd’hui prévu au Creusot, et réclamé le déplacement de la gare Lorraine-TGV à Vandières, un projet structurant aujourd’hui bloqué de manière incompréhensible et irresponsable.

Un vote du Conseil régional de Lorraine est indispensable

L’intervention directe de la FNAUT nationale auprès des conseillers régionaux de Lorraine est motivée plus spécialement par les considérations suivantes :

  • les usagers de la gare Lorraine TGV ne sont pas seulement des habitants de la Lorraine, beaucoup d’entre eux viennent d’autres régions françaises, de pays voisins ou même de plus loin par Roissy ;
  • l’équilibre économique des TGV province-province est fragile, et le mauvais positionnement actuel de la gare Lorraine-TGV, d’accès difficile, y contribue ;
  • inversement, un positionnement rationnel de la gare Lorraine-TGV à Vandières permettrait de valoriser la prochaine mise en service intégrale de la LGV-Est et faciliterait les déplacements internes à la future région ALCA. 

 

Madame la Conseillère régionale,
Monsieur le Conseiller régional,

Paris le 7 mai 2015

Comme vous le savez, la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) a toujours dénoncé l’implantation absurde de la gare Lorraine-TGV à Louvigny et elle soutient de longue date le projet de gare TGV de Vandières interconnectée à l’axe TER principal nord-sud, une évidence d’aménagement du territoire. A l’initiative de la région PACA, une erreur analogue vient d’être corrigée en Avignon par la création d’une liaison entre la gare centrale et la gare TGV ; il est également prévu, dans le cadre du projet “VFCEA” de la région Bourgogne, de corriger celle qui a été commise au Creusot.

Or votre président M. Masseret a décidé de lancer une consultation publique sur le projet de Vandières, sans la moindre justification rationnelle puisque ce projet avait été déclaré d’utilité publique et financé, et que M. Masseret lui-même y était favorable et l’avait poussé avec conviction. Après avoir affirmé que le résultat de cette consultation, au demeurant très mal organisée, n’aurait aucun caractère décisionnel, et malgré un taux d’abstention supérieur à 90 % rendant sans grande signification la faible majorité qui s’est dégagée contre le projet, M. Masseret a ensuite décidé seul d’abandonner le projet, sans même justifier son revirement et sans soumettre sa décision au vote du Conseil régional comme la loi l’exigeait.

Cette décision rend donc inutiles les études techniques, les efforts pour dégager un financement, les travaux préparatoires déjà réalisés sur le site de Vandières (23 millions d’euros, un gaspillage non négligeable, surtout en période de pénurie d’argent public). Elle ne tient aucun compte de l’intérêt des voyageurs lorrains et des visiteurs venant d’autres régions françaises, de pays voisins ou de plus loin par Roissy. Elle néglige la possibilité de créer des emplois, malgré le niveau élevé de chômage que connaît votre région. Enfin elle est politiquement insoutenable : à quoi bon chercher à exercer une responsabilité politique si c’est pour renoncer au dernier moment et sans motif identifiable à une décision rationnelle, en la renvoyant à une future majorité régionale aux intentions encore inconnues ?

Comme beaucoup d’autres citoyens, nous nous interrogeons aussi sur votre propre attitude d’élu(e) de la majorité régionale, tout aussi incompréhensible que celle de votre président. Nous nous étonnons en effet que vous acceptiez que M. Masseret vous impose, sans vote de votre assemblée, l’abandon d’un projet auquel vous étiez auparavant favorable. Aussi nous vous demandons avec insistance, compte tenu de l’importance de l’enjeu, d’exiger publiquement un vote du Conseil régional sur ce projet structurant de gare de Vandières. Une telle initiative, conforme à l’intérêt général, ne pourrait que valoriser votre fonction d’élu(e) aux yeux du public.

 Vous remerciant de votre attention, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à nos sentiments les meilleurs.