Dépenses publiques occasionnées par les services d'autocars SLO

Bruno Cordier, du cabinet ADETEC, a réalisé une étude sur les dépenses publiques occasionnés par les services d’autocars (SLO). Les point de vue de la FNAUT et de la FNTV sur cette étude sont présentés ci-dessous.

 

1. La création des services SLO présente trois aspects positifs

- Elle a permis de combler des lacunes dans le système de transport collectif, diverses villes n’étant reliées entre elles par aucun service public auparavant.

- Elle a facilité la mobilité de la partie du public (ménages modestes, jeunes, certains seniors) qui accepte une perte de confort et de temps par rapport au train en échange d’un prix plus abordable (cependant les petits prix SNCF restent concurrentiels des prix du car).

- Le transfert modal depuis la voiture et le covoiturage (44 % de la clientèle en 2016, 36 % en 2017) est positif sur le plan environnemental.

 

2. Les inconvénients de l’apparition des services SLO sont notables eux aussi

- Ils fragilisent l’équilibre financier du rail, en concurrençant directement le train, surtout les TGV et les trains Intercités, et en obligeant SNCF Mobilités à proposer des petits prix pour résister à la concurrence (car et covoiturage).

- Dans les cars SLO, on trouve des automobilistes et covoitureurs mais aussi des usagers du rail, si bien que leur bilan énergie et carbone est globalement négatif.

 

3. Peut-on rendre plus vertueuse l’existence des cars SLO ?

- Il faut tout d’abord que le car SLO paie ses coûts d’infrastructure (usure des routes et usage des gares routières) à travers une écotaxe indexée sur le kilométrage parcouru (hors autoroutes concédées) et le nombre de touchers de quais.

Cette perspective est justifiée économiquement : les cars SLO constituent une offre purement commerciale ; le train paie des péages pour circuler sur les voies ferrées et utiliser les gares. Les camionneurs et les automobilistes devraient, eux aussi, être assujettis à une redevance routière.

La disparition de l’aide publique aux cars SLO impliquerait, à déficit constant, une hausse des tarifs de plus de 20 % et rendrait le train plus compétitif. 

- Les dessertes par autocars SLO doivent être mieux intégrées dans les schémas de service public de transports et, en particulier, mieux coordonnées avec les dessertes ferroviaires.

- Quant à SNCF Mobilités, elle peut résister plus efficacement à la concurrence des cars SLO en desservant mieux l’ensemble du territoire au lieu de concentrer son offre, y compris à bas coût, sur les grands axes radiaux au détriment des relations transversales.

SNCF Mobilités aurait par ailleurs intérêt, tout en poursuivant sa politique d’offre à bas coût, à suivre l’exemple spectaculaire mais méconnu de la RENFE, son homologue espagnole, consistant en une réduction générale du prix du billet de l’ordre de 11 %, le gain de clientèle compensant la perte de recette unitaire (voir FNAUT Infos 241, page 4).

 

Dossier de presse : Dépenses publiques occasionnées par les services d'autocars SLO

Etude : Dépenses publiques occasionnées par les services librement organisés d'autocars (Bruno Cordier - ADETEC)

Droit de réponse de la FNTV suite au communiqué de presse de la FNAUT du 8 février 2019

Droit de réponse de Bruno Cordier - ADETEC suite au communiqué de la FNTV

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse Dépenses publiques occasionnées par les services d'autocars SLO