La liaison Lyon-Turin : un dossier stratégique

La FNAUT Auvergne-Rhône-Alpes et Jean Sivardière, vice-président de la FNAUT, ont tenu une conférence de presse sur les avantages du projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin.

 

1 - Un double objectif : écologique et européen

Le Lyon-Turin concerne un corridor international (trafics NS et EO, voyageurs et surtout fret). Il s’agit :

- de reporter sur le rail un million de camions par an et d’importants trafics automobiles et aériens ;

-  de rééquilibrer l’économie européenne au bénéfice de l’Europe du sud (cf le tunnel sous la Manche).

 

2 - Une entreprise rationnelle

- La ligne historique ne manque pas de capacité mais de performance, ses coûts d’exploitation sont prohibitifs. La route dispose au contraire d’infrastructures performantes : le rail n’est plus compétitif.

 

3 - Un engagement irréversible

- En cas d’abandon du projet, le gouvernement devrait expliquer pourquoi la France renonce au tunnel de base alors que les Suisses et des Autrichiens continuent à en construire.

 

4 - Les mesures à prendre aujourd’hui pour assurer le succès du Lyon-Turin

            1 - Sécuriser le financement de l’ouvrage

                        Le lancement du Lyon-Turin doit être le déclencheur d’une redevance routière.

            2 - Fixer rapidement le tracé de l’accès au tunnel de base (Chambéry-nord ou Chartreuse ?)

                        Il faut actualiser les études (les Italiens ont déjà prévu leur accès et son financement).

            3 - Amorcer le report du fret routier sur le rail en prolongeant l’AFA jusqu’à l’Est de Lyon.

 

Quelques réponses aux arguments des opposants au Lyon-Turin

 

1 - Le coût global du Lyon-Turin : les estimations des opposants sont fantaisistes.

2 - Le trafic potentiel : ce qui compte, ce ne sont pas les prévisions de trafic effectuées il y a 20 ou 30 ans, mais le trafic actuel (2,8 millions de camions/an) et sa progression récente (+ 10 % depuis 2014).

Les Suisses ont percé deux tunnels pour absorber un flux routier de 1,2 million de camions seulement.

3 - L’impact sur le réseau classique : la ligne d’accès déchargera la ligne TER Lyon-Chambéry/Grenoble.

Si le réseau classique s’est dégradé, c’est parce qu’on a trop dépensé pour les routes, pas pour les LGV.

4 - Pas d’alternative réaliste : les propositions des opposants sont fantaisistes ou incantatoires.

Le Lyon-Turin est la seule réponse possible à la pollution des vallées alpines.

 

Le rapport Duron (COI) : une accumulation de préconisations irresponsables

 

- La Commission d’orientation des infrastructures (COI) préconise de reporter à 2050 la construction de la ligne d’accès au tunnel de base (ouverture prévue en 2030) et à 2038 celle du CFAL, et d’investir inutilement sur les lignes existantes. C’est un non-sens économique : la croissance du trafic a été quasi-immédiate après les ouvertures des tunnels du Lötschberg (le trafic a triplé en 4 ans) puis du Gothard.

- Les accès au tunnel de base doivent être disponibles dès 2030 afin d’en éviter la sous-utilisation.

Un contre-exemple est donné par la LGV Perpignan-Barcelone et la faillite du concessionnaire TP Ferro.

 

- Dossier de presse

- Contact presse

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse La liaison Lyon-Turin : un dossier stratégique