UberPOP : il faut redéfinir les missions des taxis

Les taxis réclament à juste titre l'interdiction des pratiques de covoiturage rémunéré qu'une société comme UberPOP tente d'introduire dans les villes.

Cette forme de travail au noir où le prestataire ne déclare ni revenu, ni charges sociales et n’assure pas ses utilisateurs oppose aux taxis une concurrence sauvage, ceci "en situation illégale absolue", comme l'a reconnu le ministre de l'Intérieur.

Le statut hybride des taxis 

Les taxis ne doivent pas pour autant se cantonner dans une attitude défensive face au covoiturage régulier avec rémunération, mais aussi aux VTC, aux mototaxis et aux multiples formes, conventionnées ou non, d'autopartage. Ayant peu évolué, ils se situent mal dans cette jungle, étant eux-mêmes à mi-chemin entre un statut libéral – le chauffeur est maître à bord – et un statut public du fait qu'ils sont soumis à une réglementation et à une autorité publique (la préfecture de police dans l'agglomération parisienne, une préfecture en province).

Le taxi, complément du transport collectif

Les taxis doivent clairement se situer dans le service public et être considérés comme un complément du transport collectif. À ce titre ils doivent :

-       être présents dans tous les quartiers des grandes agglomérations et assurer également une bonne desserte des petites villes et des territoires ruraux non desservis par les transports collectifs,

-       être facilement repérables,

-       être physiquement accessibles à tous comme le sont les "cabs" londoniens,

-       avoir un prix abordable. Chacun doit pouvoir recourir au taxi pour des déplacements occasionnels (déplacements familiaux, achats importants, transport de bagages),

-       savoir optimiser leur fonctionnement en mobilisant toutes les technologies informatiques existantes (par ex.: acceptation de la carte bancaire et GPS obligatoires).

Un rôle social et une alternative à la voiture

Outre le rôle social qu'il joue en liaison avec les services médicaux, le taxi constitue une forme idéale de voiture partagée : on n'a à se soucier ni de la conduite ni de la dépose du véhicule. Un service public de taxis très présent, d’utilisation facile et à la portée financière de tous contribuerait à réduire les nuisances et l'accaparement de l'espace urbain par l'automobile.

Encore faut-il que ce service sache se moderniser et être bien plus qu'aujourd'hui tourné vers le client, au lieu de se contenter d’une attitude défensive et corporatiste.

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse UberPOP : il faut redéfinir les missions des taxis