Les super-bénéfices autoroutiers doivent financer les infrastructures de mobilité durable

La FNAUT est choquée que la ministre de l’Ecologie, après avoir fait échouer le projet d’écotaxe poids lourds, propose aujourd’hui une baisse des péages autoroutiers et même la gratuité des autoroutes le week-end ou aux heures de pointe.

Vouloir stimuler ainsi la circulation routière est irresponsable dans le contexte environnemental actuel, et totalement contradictoire avec la présentation d’une loi sur la transition énergétique.

Suite à l’abandon consternant de l’écotaxe, l’Etat manque dramatiquement de ressources et ne parvient pas à financer les projets d’avenir : transports collectifs urbains en site propre, lignes à grande vitesse et modernisation du réseau ferré classique (il manque plus d’un milliard d’euros par an pour enrayer son vieillissement).

Les super-bénéfices autoroutiers doivent servir à financer les infrastructures de mobilité durable et non à baisser les péages ou à financer de nouveaux projets autoroutiers.

Une baisse des péages autoroutiers ne pourrait par ailleurs qu’inciter les voyageurs à délaisser les transports publics, dont l’équilibre financier est aujourd’hui fragilisé.

La FNAUT regrette que la ministre de l’Ecologie propose une baisse des péages autoroutiers alors qu’elle n’a pas protesté lors de la hausse de la TVA sur les transports publics, dont une utilisation accrue permettrait des économies importantes de pétrole et une réduction des nuisances routières.

 

Contacts presse :

  • Jean Sivardière, président de la FNAUT : 04 76 75 23 31
  • Fabrice Michel, responsable communication : 01 43 35 35 75

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse Les super-bénéfices autoroutiers doivent financer les infrastructures de mobilité durable