La FNAUT s’oppose au retour de la TIPP flottante

autorouteLa FNAUT fait part de son étonnement face à la proposition d’un candidat à l’élection présidentielle de rétablir la TIPP flottante pour limiter la hausse du prix des carburants.

1. Comme l’a montré récemment l’économiste Jean-Marie Beauvais dans une étude réalisée à la demande de la FNAUT et de l’ADEME, le prix réel du carburant nécessaire pour parcourir 100 km a été divisé par 2,8 depuis 1970 : le salaire minimum a augmenté bien plus vite, en monnaie courante, que le prix des carburants ; depuis 10 ans, les taxes sur le super sont passées de 78% à 60% environ, et celles sur le gazole de 70% à 50 %.

Par ailleurs un automobiliste souhaitant limiter sa dépense peut pratiquer l’écoconduite, qui permet aisément d’abaisser de 20% sa consommation de carburant et contribue à la sécurité routière. Il lui est souvent possible de se rabattre sur un parking-relais et d’utiliser un transport collectif sur une partie de son trajet.

2. Sauf à accepter une réduction drastique et durable des recettes de l’Etat et des Régions, il est illusoire d’espérer contenir la hausse du prix des carburants, qui a un caractère structurel : elle est la conséquence d’une augmentation de la demande mondiale de pétrole, accentuée par la dépréciation de l’euro par rapport au dollar et par les risques géopolitiques qui pèsent sur notre approvisionnement auprès de divers pays producteurs (Iran, Nigeria).

3. Enfin, si on continue à encourager la circulation automobile, comment lutter contre la pollution de l’air et le réchauffement climatique, et limiter notre déficit commercial, creusé par nos importations de pétrole? La Cour des Comptes elle-même vient de souligner la nécessité de mettre en cohérence la fiscalité des carburants avec les objectifs du Grenelle de l’environnement.

4. La FNAUT ne méconnaît pas la situation difficile des ménages modestes obligés de se loger en milieu périurbain ou rural, loin de leur lieu de travail et ne disposant pas actuellement de transports collectifs adaptés à leurs besoins. Ces ménages doivent être aidés par des mesures sociales générales, ne privilégiant aucun type de consommation, non par des mesures spécifiques perverses susceptibles de les encourager à utiliser la voiture.

5. Parmi les ménages modestes, beaucoup ne sont pas motorisés. Ce sont les plus pauvres, et leur mobilité est limitée par la pénurie de transport collectif. L'argent public doit être consacré en priorité au développement du transport collectif.

 

Contacts presse :

 

  • Jean Sivardière, président de la FNAUT - 04 76 75 23 31
  • Jean Lenoir, vice-président - 01 48 73 84 81

 

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse La FNAUT s’oppose au retour de la TIPP flottante