Convention TET : une volonté de progrès mais une clause de commercialisation inadmissible

La future convention Etat-SNCF sur les trains d’équilibre du territoire (Intercités ou TET) comporte de nombreux points positifs mais aussi une clause sur la commercialisation de ces trains inacceptable.

Une volonté de progrès significative

Le ministère des Transports a engagé depuis 2015 une démarche pour redonner un sens à l’offre de trains Intercités (TET) et assurer son développement selon une approche par le besoin.

De nombreuses actions en cours sont très positives : financement du matériel roulant par l’Etat, contribution de l’Etat au fonctionnement des TET, amélioration de la coordination entre TET et TER, élaboration des schémas directeurs des dessertes (la commission Duron propose des augmentations de fréquences sur les lignes principales) qui doit être conduite en concertation avec les élus et les associations d’usagers.

Mais un mode de commercialisation inadmissible

La FNAUT réclame depuis des années la liberté de choix des voyageurs : tous les Intercités doivent être accessibles avec ou sans réservation, l’objectif est de leur permettre de mieux capter la clientèle qui exige une grande souplesse d’utilisation du train. La FNAUT rappelle que la voiture particulière est, de loin, le principal concurrent du train Intercités.

Ignorant cette exigence de souplesse, la nouvelle convention TET prévoit exactement le contraire : « Suivant les dessertes, la réservation pourra être obligatoire ou facultative ».

Mettre les services ferroviaires aux meilleurs standards mondiaux

La Suisse et le Japon, références mondiales en matière de qualité ferroviaire, ne pratiquent pas la réservation obligatoire. Il en est de même en Grande Bretagne – qui ne dispose pas de TGV – et en Allemagne où le trafic se développe, contrairement à la France où le trafic stagne malgré l’extension de son réseau TGV.

A l’heure où la SNCF annonce vouloir rechercher de nouveaux clients selon le principe que « chaque client est unique » et qu’il faut s’y adapter, il est grand temps de faire évoluer la commercialisation des Intercités en s’inspirant des meilleures pratiques étrangères.

La FNAUT demande instamment au Gouvernement de revoir les clauses de commercialisation des Intercités : la réservation doit être possible mais non obligatoire. On peut y associer si nécessaire une politique de yield management (gestion tarifaire des capacités disponibles pour optimiser le remplissage des trains).

La FNAUT demande aux conseils régionaux de s’opposer fermement à la réservation obligatoire dans les Intercités dont ils ont maintenant la responsabilité.

 

- Contacts presse

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse Convention TET : une volonté de progrès mais une clause de commercialisation inadmissible