Nos actualités

Une avancée pour la réalisation de la ligne d’accès au tunnel Lyon-Turin ?

13 Juin 2023

La réalisation du tunnel Lyon-Turin confirmé

Après la signature des principaux marchés de génie civil en 2021, la construction du tunnel Lyon-Turin est maintenant en pleine phase de creusement, plus de 1500 personnes travaillent quotidiennement sur ce chantier. Le ministre des transports vient de confirmer que les crédits budgétaires étaient bien réservés dans les prochains exercices budgétaires.

Des annonces pour la ligne d’accès au tunnel côté Français

A cette occasion, le ministre a annoncé que l’Etat était prêt à financer la moitié de la part qui resterait à financer par la France après les subventions de l’Europe et il demande à la Région Auvergne-Rhône-Alpes d’en financer l’autre moitié.

Une avancée mais de nombreuses interrogations

La FNAUT AURA voit dans cette annonce un premier pas vers la réalisation de la ligne d’accès. Mais notre fédération s’interroge sur ces annonces :
Pourquoi les collectivités locales ou les départements ne sont pas appelés à participer au financement ?

Pourquoi la possibilité de la création d’une société de projet n’est pas évoquée alors que cette solution a été adoptée pour participer au financement à Marseille ou pour les lignes nouvelles en Occitanie et Grand Aquitaine ?

Pour la FNAUT AURA, la priorité de de lancer les études d’avant-projet pour sécuriser la déclaration publique

Toutes ces questions ne vont pas se résoudre en quelques mois. Par contre il est urgent de lancer les études d’avantprojet (montant de l’ordre de 150 M€ financés par moitié par l’Europe)

La FNAUT AURA ne comprend pas que devant les possibilités exceptionnelles qu’offrent le projet Lyon-Turin en matière
de report modal, aussi bien pour le fret que pour les voyageurs, longues distances ou du quotidien, les décisions ne soient pas prises dès maintenant pour lancer les études d’avant-projet.

L’Italie a prévu de faire passer plus de 150 trains à l’ouverture du tunnel de base en 2032, comment écouler le trafic dans les nœuds ferroviaires chambérien ou grenoblois sans une nouvelle ligne d’accès ?

Sans ces études, la déclaration publique pourrait tomber laissant pour des dizaines d’années les vallées alpines et leurs
accès exposés à une circulation automobile et de poids lourds source de pollutions et dégagements de gaz à effet de
serre.