Projet de loi transition énergétique : le même oubli du secteur des transports

Le projet de loi sur la « transition énergétique » est présenté aujourd’hui au Conseil des ministres sous le nouveau nom de projet de loi de « programmation de la transition énergétique pour la croissance verte ». Mais les lacunes concernant le secteur des transports n’ont pas été corrigées.

La FNAUT rappelle que le secteur des transports est le premier émetteur de gaz à effet de serre dans notre pays, et qu’il est encore plus vulnérable que celui du logement à l’insécurité et au coût de nos approvisionnements en pétrole.

Les changements de comportements sont ignorés

Le projet de loi repose essentiellement sur les progrès de la technologie (moteurs, carburants), sans doute nécessaires mais insuffisants pour atteindre le « facteur 4 ».

Il ne donne aucun signal politique incitant à utiliser les modes de transport les plus économes en énergie : vélo, transport collectif terrestre ; transport ferroviaire et fluvial du fret.

Les contradictions avec l’actuelle politique des transports décrédibilisent le projet

Au moment où il se préoccupe de politique énergétique, le gouvernement négocie 3,6 milliards d’euros d’investissements avec les sociétés concessionnaires d’autoroutes et maintient le projet de nouvel aéroport nantais à Notre-Dame-des-Landes.

Son recul sur l’écotaxe poids lourds bloque une centaine de projets de transports urbains en site propre. Il freine la modernisation du réseau ferré classique : des lignes interrégionales et 1500 km de lignes capillaires fret sont menacées de disparition.

Une baisse de 10 km/h des vitesses maximales autorisées sur route et autoroute a été écartée.

La fiscalité écologique est écartée

 « Il faut changer les comportements avant de taxer », affirme la Ministre de l’Ecologie. Mais comment changer les comportements sans investir dans les modes alternatifs à la voiture, au camion et à l’avion, et comment investir sans ressources nouvelles ?

Le levier de la fiscalité écologique est un instrument indispensable à la transition énergétique. Il faut commencer par supprimer les niches fiscales qui incitent à gaspiller l’énergie, s’élèvent à plus de 15 milliards d’euros par an et concernent essentiellement les transports.

Ce qui manque n’est pas l’argent public, mais la volonté politique.

 

Contact presse : Jean Sivardière, président de la FNAUT, tél. 04 76 75 23 31

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse Projet de loi transition énergétique : le même oubli du secteur des transports