200 km/h sur les lignes classiques : idée réaliste ou utopie ? (Gérard Mathieu)

Le Secrétaire d’Etat chargé des Transport vient « d’engager le renouvellement du matériel roulant des lignes TET » et la SNCF Mobilités a lancé un appel d’offres pour de nouvelles rames aptes à 200 km/h. Objectif : un parc entièrement renouvelé d’ici 2025. Mais aucune étude préalable sur les sections de grandes lignes classiques aménageables pour 200 km/h, sur les coûts d’infrastructure et sur les gains de temps correspondants.

Une idée séduisante pour le grand public, reprise par certains élus qui les amplifient parfois en annonçant des vitesses de 250 km/h sur les lignes classiques desservant des zones non couvertes par les services TGV.

L’association « Qualité Mobilité », sur la suggestion de la « Fédération Nationale des Association d’Usagers des Transports (FNAUT) », a souhaité disposer d’un éclairage précis et détaillé sur la faisabilité et les possibilités offertes par de tels relèvements de vitesse. Une analyse qu’elles ont souhaité étendre à des gammes de vitesse inférieures à 200 km/h (100, 120, 140, 160 ...), les relèvements réalisés à ces niveaux étant néanmoins susceptibles de procurer des gains de temps importants.

Les deux associations considèrent que, pour des raisons diverses, nombre de lignes ne sont pas exploitées au maximum de leurs possibilités. Elles fixent comme objectif à la présente étude de recenser tous les relèvements de vitesse potentiels qui pourraient être réalisés sans modification du tracé actuel des lignes, ceci dans le souci de limiter le coût de telles opérations et leur impact environnemental.

 

- Télécharger l'étude

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Etudes et débats 200 km/h sur les lignes classiques : idée réaliste ou utopie ? (Gérard Mathieu)