Identification des voyageurs internationaux : une mesure discriminatoire qui renvoie les voyageurs vers la voiture

Communiqué de la Fédération Européenne des Voyageurs.

Le gouvernement belge veut rendre obligatoire l'identification des voyageurs se déplaçant dans les trains, cars et bateaux sur le territoire européen, en imposant un fichier « Passenger Name Record » (PNR). Le gouvernement néerlandais envisage d'aller dans le même sens.

Des contraintes insupportables 

Le voyageur devrait fournir nom, sexe, date de naissance, numéro de téléphone, adresse de courriel, données complètes du trajet, données du document de voyage (type, numéro, nationalité, pays d'émission, date de validité), quantité, poids et identification des bagages et, pour les voyageurs de moins de 18 ans non accompagnés, également langues parlées, nom et données d’un contact et lien avec la personne présente au départ et à l'arrivée.

La quantité de données à fournir est si importante que la vente d'un simple billet prendrait un temps considérable. D’autre part, l'enregistrement des données personnelles et des détails du voyage au moins 24 heures à l'avance rendrait impossible tout voyage international programmé en dernière minute et toute modification du voyage en cours de route.

Une mesure discriminatoire

La mesure serait discriminatoire envers les voyageurs qui utilisent les transports collectifs terrestres alors que les automobilistes peuvent circuler librement à travers l'Europe. On peut dès lors douter de l'efficacité de cette mesure, par ailleurs inapplicable aux navetteurs transfrontaliers. Les terroristes disposent de bien d’autres possibilités de voyager à travers l'Europe, et de manière tout à fait anonyme. 

Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus (Belgique), Rover (Pays-Bas), ProBahn (Allemagne) et FNAUT (France), membres de la Fédération Européenne des Voyageurs (FEV),  estiment que le PNR serait une mesure disproportionnée qui imposerait de sévères restrictions sur les voyages en train ou en car vers les pays de l’Union européenne.

Les associations appellent dès lors les gouvernements européens à privilégier des mesures réalistes et proportionnées à la menace terroriste : « dans une Europe unifiée, il est tout de même logique de pouvoir circuler de manière aussi flexible qu'à l'intérieur des frontières nationales ».

Site de l'EPF 

 

Contacts presse :

- Michel Quidort, membre du bureau de la FNAUT : 06 12 22 35 54

- Anne-Marie Ghémard, vice-présidente de la FNAUT : 06 76 08 62 47


Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home Actualité Communiqués de presse Identification des voyageurs internationaux : une mesure discriminatoire qui renvoie les voyageurs vers la voiture